Articles

Affichage des articles du novembre 16, 2016

::+:: Pourquoi a-t-on peur de la fin du monde ?

Image
La question « Pourquoi a-t-on peur de la fin du monde ? » posée par un étudiant nantais peut paraître ennuyeuse pour certains, mais elle s’avère plutôt pertinente.
Il faut savoir que le concept ou de scénario de fin du monde est inscrit dans nos croyances ancestrales et en tant qu’être humain, cette notion se retrouve dans pratiquement toutes les cultures. Selon Frédéric Le Blay, la référence la plus commune serait l’Apocalypse que l’on retrouverait « un peu partout ». Le chercheur fait sans doute référence à l’Apocalypse de Jean au niveau de notre culture et plus précisément à sa seconde partie intitulée Visions prophétiques. Cependant, il précise qu’il ne s’agit pas d’une fin du monde en soi et bien qu’il y ait « destruction », il s’agirait d’aller « vers quelque chose d’autre, un autre monde qui doit advenir ».
Le maître de conférence évoque également le millénarisme, une doctrine religieuse relative par exemple à la peur de l’an Mille au Moyen-Age et plus proche de nous, à des mouv…

::+:: Pour la première fois, les gardes suisses du Pape se forment au Tessin

Image
Le village tessinois d’Isone, au sud du Monte Ceneri, brille dans la lumière automnale sous un ciel azur. Au-dessus de la localité, la caserne est une fourmilière. Outre les militaires et les futurs policiers tessinois, elle accueille quinze gardes suisses du Pape, qui ont entamé leur formation le 23 octobre au Vatican. C’est une première: ces recrues papales, âgées de 20 à 24 ans, effectuent une partie de leur formation au Tessin. Ils y resteront jusqu’au 27 novembre pour s’y perfectionner en psychologie, droit, médecine d’urgence, sécurité personnelle et sport.
Venu de Rome pour l’occasion d’une visite de presse, le commandant des Gardes suisses pontificaux, Christopher Graf, rassemble ses recrues qu’il salue une à une. C’est un moment de grande émotion pour ces jeunes gens, qui se sont engagés au service du Saint-Père pendant 26 mois au minimum. «Nous désirions une formation de base approfondie que nous ne pouvions plus assurer en Italie, où la mise à disposition de polygones de t…