Articles

Affichage des articles du novembre 2, 2016

::+:: La plus vieille mention hébraïque de Jérusalem retrouvée sur un rare papyrus de 2 700 ans

Image
Un rare papyrus antique datant de l’époque du Premier Temple, il y a 2 700 ans, porte la mention la plus ancienne connue en hébreu de Jérusalem.


Le texte fragile – « De la servante au roi, depuis Naharata (à proximité de Jéricho) deux outres de vin à Jérusalem » -, qui aurait été pillé dans une grotte du désert de Judée, aurait été acheté il y a quelques années. Des radio-datations carbone ont déterminé qu’il datait du 7e siècle avant l’ère commune, faisant ainsi de lui l’un des trois seuls papyrus en hébreu de cette période, et précédant les rouleaux de la mer Morte de plusieurs siècles.

Le feuillet du papyrus, qui a été officiellement dévoilé par l’Autorité israélienne des Antiquités mercredi, mesure 11 centimètres sur 2,5. Ses deux lignes d’écriture noire irrégulière en paléo-hébreu auraient été un bordereau d’expédition enregistrant la livraison de deux outres à vin « à Jérusalem », la capitale du royaume de Judée.
Le fait que la note soit écrite sur du papyrus, plutôt que sur un sim…

::+:: Dans l'avion, de retour de Suède, le Pape parle des femmes catholiques dans l'église

Image
De retour de Suède, le Pape a répondu aux questions des journalistes qui étaient avec lui à bord de l’avion qui le ramenait vers Rome. Plusieurs thèmes ont été abordés lors de cet exercice traditionnel au terme de chaque voyage apostolique à l’étranger : l’accueil des migrants dans une Europe qui a peur, les causes de la sécularisation, ou encore les motivations du Pape à combattre l’esclavage. 
L’accueil des migrants
Interrogé sur la crainte des pays européens à accueillir des étrangers sur leur sol, le Pape a expliqué qu’ «en théorie, on ne peut pas fermer son cœur à un réfugié», mais il a reconnu que les gouvernements, «qui doivent être très ouverts à les recevoir», avaient le droit de calculer, avec «prudence» et chacun selon ses possibilités, la capacité d'accueil de leur pays, car il ne s’agit pas que d’accueillir ces réfugiés, mais aussi de les intégrer.  «Il n'est pas humain de fermer les portes et les cœurs, et à la longue, ça se paie politiquement. Tout comme peut se…