Articles

Affichage des articles du août 8, 2016

::+:: Pourquoi Jésus n'est pas du tout le patriarche ou le macho qu'on veut faire de lui

Image
De façon très originale, Jésus a sapé le patriarcalisme et est resté étranger à tout androcentrisme.
Jésus a refusé le patriarcalisme de son milieu juif 
Dans la société juive très patriarcale, la femme avait un statut juridique de mineure perpétuelle, soumise à son père puis à son mari, dans un modèle familial admettant la polygamie et la répudiation (Dt 24,1-4): « Si elle ne marche pas au doigt et à l’œil, sépare toi d’elle et renvoie-là », lit-on dans Si 25, 26. Son statut économique est très précaire: veuve, elle n’hérite pas de son mari (Nb 27, 8 sv), d’où la loi du lévirat qui en fait l’épouse de son beau-frère, si elle n’a pas de fils; statut qui se dévoile par les recommandations insistantes d’aider les veuves, à l’instar des orphelins et des étrangers.
Certes Judith, Esther et Suzanne sont de grandes héroïnes féminines, mais ce sont des personnages de conte qui ne corrigent pas le rude patriarcat que Jésus récusera en actes et en paroles.
Jésus entre ainsi en conflit sérieux a…

::+:: Rencontre du Pape avec les dominicains : le regard du père Cadoré

Image
Entretien - Le Pape François a reçu ce jeudi matin, 5 août 2016, les responsables de l'Ordre des Frères Prêcheurs, qui viennent de se rassembler en Chapitre général à Bologne, dans le contexte des 800 ans de la fondation de leur Ordre par saint Dominique.
Quelques minutes après l'intervention du Pape François, Sergio Centofanti, du service italien de Radio Vatican, a contacté le père Bruno Cadoré, maître général des dominicains.
Lors de l'ouverture du Jubilé, en novembre 2015, le père Cadoré avait invité les Dominicains à profiter de ce Jubilé pour s’inspirer des audaces qui ont conduit leurs pères et mères à dialoguer avec les cultures différentes, à fonder des universités, à rejoindre les «oubliés du monde», à faire dialoguer la théologie avec les savoirs profanes, à œuvrer pour la paix et la justice.
Faire mémoire, avait souligné encore le Maître des Dominicains, c’est aussi prendre conscience des erreurs, des manquements et des fautes, comme la terrible époque de l’Inqui…