::+:: « Porter au pinacle »

Des fidèles venant se recueillir pour Shabbat devant le Qotel, le Mur des lamentations,
vestige du Temple de Salomon. / François Guenet/Divergence

Comme toujours à l’heure de l’office, il y a foule au « Qotel Hamaaravi », le Mur occidental (des Lamentations), ultime vestige de l’antique Temple juif situé en contrebas de l’esplanade des Mosquées, celle du Rocher au dôme plaqué d’or et celle d’Al-Aqsa à la coupole argentée, le troisième lieu saint de l’islam.

Il y a deux millénaires, Jésus gravissait les marches sacrées et priait devant ces mêmes pierres de Jérusalem, couleur ocre à l’aube, blanches face à l’azur quand le soleil frappe, et mordorées au soir lorsque le vent du désert vient les lécher. C’est ici, après l’avoir « porté au pinacle », tout en haut du Temple, que Satan met le Christ au défi de se jeter dans le vide puisqu’il est protégé par Dieu, dont il affirme être le fils.

Selon les Évangiles de Marc, Matthieu et Luc, cet épisode survient après le baptême de Jésus, lorsque l’Esprit divin, descendu sur lui, veut éprouver sa foi et le conduit dans le désert où il vit dans le jeûne pendant quarante jours parmi les bêtes sauvages. Le Diable lui suggère d’abord sournoisement de calmer sa faim en transformant des pierres en pains, puis lance le défi du pinacle, et propose enfin qu’il se prosterne devant lui en échange du pouvoir sur tous les royaumes du monde. Le Christ décline ces trois tentations et cite cette phrase fameuse du Deutéronome : « Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu ! »


« Le culte de Shalem est l’origine du nom de Jérusalem »

« À l’époque pré-israélite des Jébuséens (Ivousim en hébreu), Ivous est un lieu où l’on célèbre le culte de Shalem, la divinité cananéenne du Crépuscule. “Ivous/Shalem”, c’est l’origine du nom de Jérusalem », explique Arié Alkalaï.

L’expert en histoire biblique raconte que, vers l’an 1000 av. J.-C., « le roi David y fonde sa capitale pour unifier les douze tribus nomades d’Israël, après avoir conquis sa forteresse “Tsia”, qui signifie “désert” en hébreu parce qu’elle était orientée vers les collines arides de Judée. Son patronyme dérivé, Sion, sera synonyme de Jérusalem, mentionné plus de 700 fois sous diverses appellations dans la Bible. 

Dans la foulée, le roi David veut construire un Temple et y transférer l’arche d’alliance contenant la Torah. Mais, responsable de trois guerres civiles, il a du sang sur les mains et les prophètes le jugent indigne de cette tâche sacrée qui sera dévolue à son fils Salomon auquel il lègue à cet effet une énorme fortune.

Lithographie du roi Salomon. / akg
Édifié au Xe siècle av. J.-C., le Temple de Salomon est détruit quatre siècles plus tard par les Babyloniens. Il est vite reconstruit, avant d’être rénové et agrandi par le roi Hérode à l’aube de notre ère. Délégué du Sénat romain, ce baron Haussmann de l’Antiquité est le génial promoteur de grands travaux. Il crée un vaste réseau de canalisations, d’hippodromes, de théâtres, d’amphithéâtres et de forteresses. Son temple sera le complexe le plus imposant d’alors. Mais, en 70 de l’ère chrétienne, il est à son tour rasé, ainsi qu’une grande partie de Jérusalem, par les légions romaines de Titus qui matent cruellement la révolte juive de Bar Kokhba.

« Des déportations massives et des massacres comparables à ceux de la Shoah ! », s’indigne Arié Alkalaï. Le peuple juif perd alors son unité territoriale, politique, ethnique et religieuse. Chaque année, le 9 du mois hébraïque d’Av, date fatidique de la destruction du premier et du second Temple, il commémore cette tragédie dans le deuil, l’affliction, le jeûne et la prière.

Le Qotel, aimant spirituel des juifs

À ce jour, les archéologues n’ont découvert aucun vestige du Temple de Salomon, hormis le Qotel – un mur de soutènement d’une enceinte extérieure, devenu l’aimant spirituel des juifs. Dans son prolongement, d’énormes blocs de pierre calcinés jetés au sol lors de l’incendie du Temple hérodien ainsi que des excavations archéologiques donnent un aperçu du gigantisme du temple.

Plus impressionnants encore, les tunnels jouxtant le Qotel révèlent des murs de blocs de pierre pesant jusqu’à 500 tonnes chacun empilés sur une quinzaine de couches. À une dizaine de mètres sous le niveau du Qotel gît une rue pavée hérodienne, et même des blocs de pierre de l’époque hasmonéenne.


« L’antique esplanade est très semblable à celle d’aujourd’hui, et le Saint des Saints qui abritait l’arche d’alliance se trouvait sans doute dans le secteur de la mosquée du Rocher », estime le professeur Arieh Kofsky, directeur du département religions à l’université de Haïfa. Dans cette mosquée érigée en 691-692, il y a une croupe rocheuse dont le point le plus élevé porte une dépression presque aux dimensions de l’arche d’alliance.

Reproduction du palais et du Temple de Salomon. / Bridgeman

« Les chrétiens privilégient une “Jérusalem céleste” »

Et le pinacle ? Le professeur Kofsky rapporte le témoignage d’un pèlerin anonyme originaire de Bordeaux venu en 1333, qui situe dans la partie sud-est de l’Esplanade « la cellule où Salomon aurait rédigé le Livre de la Sagesse, l’endroit où le prophète Zacharie aurait été mis à mort, et enfin le pinacle au sommet duquel le démon aurait entraîné Jésus lors de la seconde tentation ».

Mais aucun autre récit ou vestige permet d’étayer ce témoignage et de localiser précisément le pinacle. Et pour cause : « Les chrétiens privilégient le concept spirituel et universaliste d’une “Jérusalem céleste” dont la “Jérusalem terrestre” ne serait qu’un pâle reflet », souligne le professeur Kofsky. Selon lui, Jésus a sans doute été enlevé par Satan ou trompé par un stratagème de séduction lorsqu’il a été conduit au pinacle. En tout cas, il ne s’agit pas d’une ascension spirituelle.

Le pinacle (du latin pina, créneau, devenu pinnaculum, le faîte) est la partie la plus élevée du Temple, le lieu où par excellence il y a une notion de domination, une plus grande proximité avec Dieu. Au fil du temps, les acceptions du mot « pinacle » évoluent. Au Xe siècle, il s’agit encore du plus haut point d’un bâtiment. Trois siècles plus tard, les architectes du gothique flamboyant le récupèrent pour désigner un ornement pyramidal ou conique couronnant un contrefort, un toit ou une tour.

Dans la Bible, les actes fondateurs se déroulent souvent au sommet d’une montagne

Mais, au siècle suivant, seule l’idée du sommet d’une montagne est retenue. Petit à petit, elle s’appliquera à l’apogée d’une carrière, puis aux louanges d’une personne que l’on porte aux nues en français, comme en anglais, en espagnol ou en hébreu. De fil en aiguille, l’étymologie reliera les termes « pinacle » et « panache ». On est vraiment très loin de la tentation démoniaque !

Toujours est-il que dans la Bible, les actes fondateurs se déroulent souvent au sommet d’une montagne ou au point culminant d’un site, tels Moïse recevant les tables de la Loi au Mont Sinaï ou la transfiguration du Christ au Mont Thabor, relève Arieh Kofsky. En bons juifs, Marie et Joseph venaient souvent au Temple, notamment pour Pessah (Pâque). Jésus connaissait donc bien ce somptueux sanctuaire minutieusement décrit par l’historien Flavius Josèphe, où il s’imprégna de l’enseignement des rabbins. On se souvient comment, choqué par le mercantilisme, il en chassa les vendeurs, renversant les comptoirs des changeurs d’argent.

The men side of the Western Wall / Capucine Bailly / Cosmos
Ville sainte des trois monothéismes, déchirée par les passions religieuses ou nationalistes, la haine et les luttes fratricides, Jérusalem a été conquise et détruite 25 fois au cours des siècles. Depuis juin 1967, Israël la considère comme sa « capitale unifiée et éternelle », et les Palestiniens veulent établir dans la partie orientale à majorité arabe la capitale de l’État auquel ils aspirent. Non loin du Qotel, dans l’antique quartier juif rénové de la Vieille Ville, les zélotes de L’Institut du Temple dessinent sur ordinateurs les plans du Troisième Temple. Ils touillent les matériaux collectés sur les rives de la mer Morte pour la teinture bleue et pourpre des châles de prière, restaurent et fabriquent des bijoux, des coupes, des encensoirs, des instruments de musique bibliques – notamment une réplique de la lyre à dix cordes du roi David – ou encore des tenues d’apparat sacerdotales serties d’or et de pierres précieuses. Ils se préparent avec ferveur à l’avènement du Messie.

----------

Repères : Constructions et destructions du Temple de Salomon

Vers l’an 1000 av. J.-C., le roi David fonde sa capitale à Jérusalem.

Vers 966 av. J.-C., le roi Salomon commence à construire le Temple.

En 587 av. J.-C., le roi Nabuchodonosor détruit l’édifice et exile les juifs à Babylone.

En 539 av. J.-C., le roi perse Cyrus conquiert Babylone. Les juifs reviennent à Jérusalem pour rebâtir le Temple. Le roi Hérode (37-4 av. J.-C.) agrandit considérablement le Temple.

En 70, les légions romaines de Titus rasent le Temple, ce qui met fin à la première guerre judéo-romaine. Le Mur occidental est l’unique vestige du Temple de Salomon.

Aux VIe et VIIe siècles, les mosquées d’Omar (du Rocher) et d’Al-Aqsa sont édifiées pour conférer à Jérusalem le statut de ville sainte de l’islam.

À compter de 1096 et pendant deux siècles, neuf croisades visent à libérer les lieux saints chrétiens, notamment Jérusalem.

En 1948, durant la première guerre israélo-arabe, le Temple tombe aux mains de la Jordanie.

En juin 1967, Israël conquiert l’esplanade des Mosquées, que les juifs appellent le mont du Temple, et la place sous le contrôle du Waqf, l’autorité religieuse musulmane.

Joël David (correspondant à Jérusalem)

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Découverte du siècle: le tombeau d'un souverain maya retrouvé

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles