::+:: PAS CRIMINEL, JUSTE "DÉSÉQUILIBRÉ"


PAS CRIMINEL, JUSTE "DÉSÉQUILIBRÉ"

Une fable quotidienne

Aujourd’hui en France, les musulmans criminels sont qualifiés de « déséquilibrés » souffrant de troubles mentaux, et comme ils sont de plus en plus nombreux, nous devons nous rendre à l’évidence qu’une majorité de musulmans agissant officiellement contre les intérêts des citoyens français en France, sont « déséquilibrés » et qu’ils serait, en toute logique, dangereux de donner le droit de vote à cette population de « déséquilibrés », qui devrait bien davantage se trouver sous tutelle ou dans un hôpital psychiatrique, que libre d’agir et de commettre des délits de « déséquilibrés », qui les dédouanent, puisqu’ils ne sont pas conscients de ce qu’ils font, cela excuse-t-il leurs crimes ?
- « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. »
Luc.23.34

Mais la République n’est pas Dieu, elle est laïque et libre de penser ses lois républicaines sans permettre au religieux, à l’islam déiste, qui ne reconnaît aucune autre loi que celle de l’Islam qui est sa propre loi, de faire sa loi au cœur de la démocratie. Dans ce cas, pourquoi masquer le crime de droit commun, en délit de folie, d’inconscience et d’irresponsabilité ? 

Cette commodité, cette liberté que s’autorise le ministère de l’Intérieur en France, est en dehors de tout fondement démocratique, et réduit le crime de droit commun en simple coup de chaleur, en simple coup de folie. Ainsi, on peut s’attendre à voir émerger en France, un nombre de plus en plus important de « déséquilibrés » dans les mois à venir.

À Nice, après l’attentat meurtrier du 14 juillet 2016 commis par un « déséquilibré » pas vraiment musulman, une peu homosexuel, un peu hétérosexuel, croyant un jour, mécréant le lendemain, mais musulman quand même, un nouveau « déséquilibré souffrant de troubles psychiatriques» a pénétré dans un commissariat de quartier et a tenté de s’emparer du pistolet d’un policier, puis de le blesser à l’arme blanche à la gorge, heureusement, ses jours ne sont pas en danger, ce qui amoindri à nouveau la faute du malade mental. Il n’y a donc qu’un fou pour agir ainsi, ou un musulman radical qui exprime sa haine des Français, et de l’autorité en commettant un acte criminel s’inspirant des Hadiths du prophète, mais il est qualifié par le gouvernement hollande, de « déséquilibré », donc, la faute est atténuée, et faute atténuée est à moitié pardonnée. 

Doit-on supposer que les viols, les agressions sexuelles, physiques, les égorgements, les décapitations, les crimes raciaux de type « anti blancs », soient uniquement le fait de « déséquilibrés » souffrant de troubles mentaux ? Et les mêmes crimes commis par des « blancs », seraient eux, purement de droit commun ?

J’ai vu dernièrement la photo d’un « déséquilibré » pacifique en apparence, qui se promenait, regard aussi sombre que sa barbe était noire, en costume traditionnel du bled, sur un pauvre petit âne dans les rues d’une ville française. Allait-il faire ses courses, attendait-il une réaction agressive des passants, la provocation était évidente, mais le déséquilibré s’en fichait, il s’imposait à la vue de tous, pour que l’on voie comme la liberté d’expression est formidable dans notre pays, ils s’imposait en toute naïveté à la population française, comme d’autres s’imposent avec des chiffons sur la tête sous des prétextes de fausses pudibonderies ridicules, nous verrons pourquoi en conclusion de cet article.

- « En certains endroits, j'ai vu des femmes qui mettent un bout de tissu, une serviette ou quelque chose de ce genre sur leur tête pour cacher leurs visages, et qui tournent le dos ou s'accroupissent sur le sol lorsqu'un homme passe auprès d'elles. Que signifie ce comportement ?
Messieurs, la mère et la fille d'une nation civilisée peuvent-elles adopter ces étranges façons, cette posture barbare ? C'est un spectacle qui couvre la nation de ridicule. Il faut y remédier sur-le-champ. »
Discours dit "du chapeau" le 27 août 1925,

Mustafa Kemal Atatürk, héros et président de la République turque.

Mais les provocations d’une catégorie de musulmans radicaux, ne cessent de se développer dans tout l’hexagone, formés dans les mosquées salafistes, ou de simples mosquées de quartier, frappant de façon aléatoire, afin de provoquer un sentiment de méfiance et de terreur au coeur de la population, pour imposer une croyance moyenâgeuse avec 1 400 ans de retard, à un peuple tolérant, dont la tolérance commence à s’estomper sérieusement, à cause justement, de ces actes d’intolérance répétés par certains musulmans radicaux. 

Le 29 aout 2016, sur la plage naturiste de Lagune en Gironde, un groupe d’une dizaine de « déséquilibrés », provocateurs en maillots, insultent les femmes nues parce qu’elles sont nues sur une plage de nudistes, d’après France Bleue Gironde. Que faisaient ces « déséquilibrés » sur place, à part se rincer l’œil et insulter dans leur frustration confessionnelle, ces femmes secrètement désirées. Qu’auraient-ils fait s’il n’y avait pas eu d’hommes présents pour les défendre culs nus ? Les dix maillots de bain se sont jetés dans une rixe avec les culs nus, qui, excédés par le comportement de ces petites bites frustrées et odieusement sectaires, cette jeunesse provocatrice et agressive, qui justifie viols et violences par des règles religieuses, et cela se déroule en France, aujourd’hui en 2016.

En 1964, Ludovic Cruchot, modeste gendarme, faisait la chasse aux nudistes à St Tropez en tout bien tout honneur, ce petit village de prêcheurs ; mais aujourd’hui, ce sont des « déséquilibrés » en tout mal toute horreur, qui s’acharnent à imposer une loi qui n’est pas la notre dans notre pays. 

Paradoxalement, le maire de Munich pour contrer ces violences identitaires aussi emportées que ridicules, vient d’autoriser l’accès libre de sa ville à tous les nudistes qui le souhaitent, et ce n’est pas un canular. Souhaite-t-il habituer les migrants musulmans de plus en plus nombreux à la nudité ? Aux asticots tombants, aux seins avachis et aux fesses molles ou aux corps d’éphèbes d’une communauté gay adepte du body-building ? Qui sait, cela fera-t-il naitre des vocations libertaires au sein de la communauté musulmane me niquoise ?

Chez les « casques à pointe », les culs nus peuvent désormais déambuler dans les rues de Munich à poils, chez nous, de pauvres ânes doivent porter certains congénères qui se prennent pour des hommes, ah pardon, Monsieur le Ministre de son Intérieur, des « déséquilibrés », il ne faudrait surtout pas froisser le roi d’Arabite, grand ami des Français pour ses ardoises laissées pour les traitements de maladies honteuses d’une suite royale plutôt libérée, cela aurait-il fuité ? Restons dans le délire, le soleil aidant, les dieux me sont tombés sur la tête.

Et pourtant, je suis troublé, oui, troublé par cette religion qui ne cesse de parler de sexe à travers les devoirs de la femme et ses interdits, et qui viole systématiquement d’autres femmes et des enfants, non musulmans, sous prétexte qu’ils et elles sont justement non musulmans pour se dédouaner de leur crime. Faut-il être pervers pour violer un enfant, une femme ou dernièrement dans une cité, un policier. Notons que le viol n’est pas une caractéristique exclusive de l’islam, l’occident est également friand de ces crimes.

Si je devais violer une femme ou un enfant, ce qui n’arrivera jamais, je n’ai pas ce gène en moi, je jurerais que je suis musulman, ainsi, je serais un « déséquilibré » et ma peine sera amoindri, voire supprimée, avec les socialistes avant les élections, c’est le bon moment, c’est ainsi que cela se passe chez McHollande, c’est formidable la France pour les musulmans radicaux criminels, et en plus, on leur donne l’aide sociale pour tuer et violer, mais pourquoi iraient-ils ailleurs. En Arabie Saoudite, ils sont traités comme des esclaves, on leur confisque leur passeport, on les paye, si on veut bien, en fait, on les sodomise, mais en France, l’islam leur ouvre des portes et des droits, ça vaudrait peut-être le coup de devenir musulman, non ? 

Non !

- “Une femme est comme une perle dans un coquillage… » ça commence bien, la poésie soufie, mais « Si on la montre, elle crée des jalousies. Ici, (en France) la femme sans voile est comme une pièce de deux euros. Visible par tous, elle passe d’une main à l’autre”
Déclare Hani Ramadan, traducteur radical des Hadiths les plus violents, frère de l’autre, le BHL musulman, langue de vipère – c’est dans la famille - faux prophète et petit fils du fondateur des frères musulmans en 1928 par Hassan el-Banna, à Ismaïlia en Égypte, groupe salafiste fondé avec l’aide du MI5 Britannique. Donc, pour ce docte renvoyé de l’instruction publique en France, en 2003, christianophobe convaincu, en un mot, je le précise, celui-ci déclare sans la moindre honte, que La femme française, que dis-je, les femmes françaises sont toutes des putains si elles ne portent pas un chiffon ou une nappe de bistrot sur la tête, parce que ses coreligionnaires, s’ils les voient têtes nues, sont excités comme des bonobos et se ruent sur les femmes françaises pour les violer et en plus, c’est de leur faute, salopes va ! Elles l’ont bien mérité, et c’est Annie aime les sucettes ramadan qui le dit, alors, c’est que ça doit être vrai, s’il le dit !

On peut se demander justement d’après ces déclarations, si les musulmans radicaux, n’avaient pas violé notre Ève de la création s’ils l’avaient découverte, et lui, Adam, pauvre fils de Dieu, après lui avoir élargi son cercle d’amis, ils l’auraient offert en esclave à Sodome pour qu’il lui fassent un trou du cul gros comme ça ! Ah ! J’exagère, vraiment ?

Voici le témoignage d’une femme musulmane sunnite wahhabite, une courageuse affranchie, qui a fui son pays et qui parle de la réalité de l’islam en Arabie Saoudite, et bientôt dans le notre, si ça continue comme ça, cet islam que tous ces provocateurs et toutes ces provocatrices veulent nous imposer en France et qu’ils prétendent tolérant… dans leurs rêves.

Quand j’ai découvert le monde :
- « J’étais dans un état de stupeur, et tout d’un coup, quelque chose m’a réveillée. Je me suis réveillée et j’ai vu que la vie n’était pas comme je la percevais, d’un point de vue religieux. Par exemple, je partais du principe que ma vie devait se dérouler auprès d’un homme. Ma famille attendait de moi que je me marie, et ce serait ma vie. Mon aspiration la plus élevée était de plaire à Dieu et à mes parents, et le reste appartenait à la vie après la mort. Pour ce qui est de la vie avant de mourir, de mes aspirations de mon vivant, je n’avais aucun projet.
J’avais environ neuf ans. J’étais une enfant et je jouais, et un jour, quand je suis rentrée, ma mère m’a donné le hijab ; dès lors, j’ai du me couvrir les cheveux avec. J’ai demandé pourquoi. Je me sentais toujours comme une enfant, et je voulais jouer, laisser mes cheveux lâchés, courir avec les autres enfants. Pourquoi porter le hijab ? Le hijab m’a volé mon enfance. Je crois qu’aucune famille ne devrait obliger une petite fille à porter le hijab, car cela lui vole son enfance.
Je n’ai pas eu d’adolescence. Je ne considère pas avoir eu la vie d’une fille normale. Je ne connaissais aucun garçon. Je ne parlais à aucun garçon. Je ne ressentais pas d’amour. On peut dire que je menais une vie pudique, jusqu’à ce que je commence à travailler et que je comprenne qu’il existait un autre monde, et d’autres créatures, appelées des « garçons », sur cette planète. Ma famille était très extrémiste. Ils enseignent à leurs enfants le Coran à partir de quatre ans.
Comme je vous l’ai dit, je me trouvais dans un état de stupeur. Je n’avais aucun contact avec la science quand j’étais musulmane. La plupart du temps, je lisais le Coran et faisais ce que les musulmans font quotidiennement. La zone de la connaissance dans mon cerveau était bloquée, négligée, voire inexistante. « l’affranchissement de la religion » c’est quelque chose qu’il faut cacher. Tout d’abord, ma famille m’aurait tuée, ou l’État. Vous ne pouvez faire le choix de quitter l’islam. [...]
Toute la période où je vivais là-bas, je pleurais la nuit : Je ne suis pas musulmane ! Laissez-moi tranquille ! Je ne veux pas écouter le Coran ! Je ne veux pas prier ! Je ne veux pas vénérer Allah ! Je ne crois pas en l’existence de Dieu, du Paradis ou de l’Enfer ! Laissez-moi simplement vivre ! L’Arabie saoudite n’est pas le seul pays au Moyen-Orient avec ce problème. On a tué des athées en Irak, en Jordanie et dans d’autres pays [...]
La France, pays des libertés, est prise en otage par les radicaux islamistes qui font tout pour imposer la charia et des coutumes religieuses d’un temps révolu, mais pas pour eux, en grignotant notre démocratie, et en la retournant comme une arme juridique contre elle. 

Mais le président du Sénégal, Macky Sall, a interdit le port du voile intégral dans son pays le 17 novembre 2015, estimant que la burqa « ne correspond pas à notre conception de l’islam ». Le Sénégal, un pays comptant 95 % de musulmans. Le ministre de l’Intérieur Abdoulaye Douada, a déclaré que la question relevait de la sécurité nationale, visant à empêcher que des terroristes utilisent la burqa pour passer inaperçus. Ajoutons que le Sénégal n’est pas le seul pays d’Afrique de l’Ouest à avoir interdit la burqa, depuis 2015, le Cameroun, le Tchad et le Gabon, ont pris cette décision en avançant les mêmes raisons. Qu’attendons-nous pour faire de même ? « Qui sait qu' en Suisse l'Islam et la charia ont été jugés INCOMPATIBLES avec les LOIS EUROPEENNES par la CEDH le 31 juillet 2001, ARRET confirmé par la Haute Chambre Strasbourg le 13 février 2003 ? »

Que les femmes musulmanes françaises, portant ces accoutrements religieux, sachent qui elles représentent vraiment en portant ces vêtements, la burqa, dont l’origine remonte à Sumer et s’étend dans tout le Moyen-Orient jusqu’en Grèce et qui servait à habiller la représentation de la plus grande déesse belliqueuse du monde civilisé, Astarté, déesse vierge et déesse mère.

La représentation incarnée de celle-ci, par une prostituée auprès des hommes, s’accordant dans une mise en scène de débauche, qui dégénéraient en de cruels actes de pornographies sanguinaires. Ce culte d'Astarté était également symbolisé plus tard, par la grande prostituée de Babylone, qui se donnait au roi dans une libation sans limites. 

Donc, lorsqu’Annie aime les sucettes accusent les femmes occidentales d’être des putains, en forçant les femmes musulmanes à se vêtir de la burqa, il en fait malgré lui et par ignorance, ce qui n’est pas pour nous surprendre, des représentantes du culte d’Astarté, donc, des putains qui vont s’offrir au roi, mais comme il n’y a plus de roi, à qui s’offrent-elles au juste ? Aux hommes de l’occident ? 

Ainsi, et en toute logique, si des hommes occidentaux décident de s’accoupler ou de violer ces femmes en Burqa, d’après la légende, et l’histoire du Moyen-Orient et des civilisations, ce serait tout à fait normal, puisque ces femmes sont des putains et s’offrent directement aux hommes avec ce costume, c’est donc une invitation au voyage amoureux. 

Mais comme les musulmans radicaux sont en majorité des ignorants, puisqu’ils ne lisent que le Coran, ne vivent que par le Coran, et suivent « le messager et le prophète des illettrés… qui leur ordonne de faire le bien et leur interdit le mal» ils refusent cette vérité et s’en inventent une nouvelle, puisque nulle part dans le Coran, le prophète n’impose le port de la burqa aux femmes musulmanes, mais ils se gardent bien de l’admettre, car le Prophète connaissait la vérité et l'origine de ce costume tout autant que la coutume. C’est ce qu’il y a d’extraordinaire dans cette religion, la provocation constante de ces adeptes qui s’arrangent et qui s’inventent des lois qui ne sont pas dans le Coran, ni alternatif ni continu.

Ah la, la, la, la, mais que va-t-on devenir avec une telle mauvaise foi et tous ces « déséquilibrés »?

Nous vivons une époque formidable…

Par Philippe JANDROK pour le site d'information indépendant MEDIAPART

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Découverte du siècle: le tombeau d'un souverain maya retrouvé

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles