::+:: Le pape a rencontré des victimes italiennes d’abus sexuels

Le pape lors de l’audience jubilaire place Saint Pierre à Rome, samedi 10 septembre. / ALBERTO PIZZOLI/AFP
Le pape François a rencontré samedi 10 septembre des victimes italiennes d’abus sexuels commis par des membres du clergé, a rapporté lundi le P. Hans Zollner, jésuite et membre de la Commission pontificale pour la protection des mineurs.

« Deux victimes d’abus en Italie ont rencontré le Saint-Père, samedi 10 septembre après l’audience jubilaire », a confié le P. Zollner à Radio Vatican.

« Le pape a été très impressionné »


L’une, une jeune femme abusée par un prêtre quand elle était enfant, a remis au pape son livre Giulia et le loup, le tout premier ouvrage italien sur le sujet, tandis que l’autre lui a offert son livre sur les femmes consacrées abusées par des prêtres.

« De ce que m’ont dit ces deux femmes, le pape a été très impressionné », a expliqué le P. Zollner.

Cette rencontre intervient alors que la Commission pontificale pour la protection des mineurs tenait son Assemblée plénière au Vatican, du 5 au 11 septembre.

Mise en place de programmes d’éducation face aux abus


« La commission a élaboré un modèle de lignes directrices afin de protéger les mineurs ou les adultes vulnérables de tout type d’abus, un document qui sera prochainement présenté au pape », a-t-elle précisé lundi un communiqué.

Au cours de sa semaine de travail, la commission a notamment mis l’accent sur la mise en place de programmes d’éducation face aux abus.

Cette année, elle ainsi pu donner des conférences et animer des ateliers sur la prévention sur les cinq continents. Elle est aussi amenée à intervenir lors des séminaires organisés par les congrégations pour l’évangélisation des peuples et pour les évêques à destination des nouveaux évêques, ou devant l’Académie pontificale ecclésiastique, qui forme les futurs nonces.

Journée de prière pour les victimes


Un des membres de la commission, ancienne victime d’un prêtre pédophile, a également proposé que soit institué un jour de prière pour toutes les victimes. Le pape a demandé que celui-ci soit institué par chaque conférence épiscopale à la date la plus appropriée.

La commission s’est enfin félicitée du motu proprio Comme une mère aimante, publiée en juin par le pape François et qui permet de démettre un évêque ou un supérieur religieux en cas de négligence, notamment dans le traitement de cas d’abus sexuels.

Nicolas Senèze, à Rome pour le journal La Croix

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Découverte du siècle: le tombeau d'un souverain maya retrouvé

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles