::+:: Mgr Marceau : « Avec cet attentat, l’inhumanité sous nos yeux »


Où vous trouviez-vous jeudi 14 juillet au soir, au moment de l’attentat sur la Promenade des Anglais ?


Mgr André Marceau : J’ai quitté la Promenade à 19 heures, après avoir assisté à la cérémonie officielle du 14 juillet. Il y avait une ambiance sereine et ensoleillée, avec des vacanciers, loin des scènes d’horreur qui allaient s’y dérouler quelques heures plus tard. Cette nuit, après avoir appris l’attentat, je me suis tenu au courant continuellement.

Ce matin, les rues de Nice sont très calmes. C’est le calme de la mort, qui fait régner un climat très pesant.

Comment réagissez-vous au bilan très lourd ?


Mgr A. M.  : Réagir à cet attentat, c’est d’abord dire que nous sommes confrontés, dans notre département, à une violence aveugle. C’est aussi poser une question : qu’est ce qui peut habiter le cœur d’un homme au moment où il agit ainsi, et qu’il perpétue cet acte de haine, de barbarie et de mort ? Ce sont des questions graves, et qui laissent sans réponse. Nous sommes témoins de scènes de guerre, insupportables. C’est l’inhumanité sous nos yeux.

Le rôle de l’Église, dans ce moment tragique est de dire des paroles de consolation, de compassion, et d’être au plus proche de ceux qui souffrent et qui ont perdu des amis ou de la famille. Nous devons ouvrir une fenêtre pour que s’éclairent un peu ces scènes de noirceurs de l’âme humaine. Nous croyons que la compassion et la consolation sont un moyen pour que le cœur de l’homme soit touché par l’amour.

Que va faire l’Église catholique à Nice aujourd’hui et ce week-end ?


Mgr A. M.  : La cathédrale sera ouverte toute la journée. Des prêtres et des laïcs se tiendront à la disposition des visiteurs, pour les accueillir et les écouter. Plusieurs temps de prière sont organisés, et un cahier est ouvert pour permettre à ceux qui le souhaitent d’exprimer leurs questions, mais aussi leurs cris de douleur. Dans le week-end, il y aura peut-être une célébration interreligieuse. Pour l’instant, rien n’est fixé.

Nous devons aussi être attentifs, chacun d’entre nous, à ne pas nous laisser envahir par ce qui pourrait être de la haine, de la violence, des discriminations ou des replis sur soi. Il faut éviter cela à tout prix. Attention à ce que notre douleur ne génère pas ce qui est à l’origine de ces faits.

Recueilli par Loup Besmond de Senneville

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Découverte du siècle: le tombeau d'un souverain maya retrouvé

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles