::+:: Le Béarn redécouvre son poète "flamboyant" Pierre Emmanuel


C’est Ricardo Saez, professeur émérite des universités et Palois d’adoption, qui inaugure ce vendredi à 15h au Parlement de Navarrele cycle de conférences données par l’Académie de Béarnà l’occasion de la célébration du centenaire de la naissance du poète Pierre Emmanuel, qui vit le jour le 3 mai 1916 à Gan. Sur le thème "Le poète dans la cité, poésie et engagement", il retracera les temps d’ici et d’ailleurs de cet Immortel qui démissionna de l’Académie française en 1975 pour protester contre l’élection de Félicien Marceau, accusé de collusion avec l’Allemagne nazie.

"Je l’ai découvert vers 1964-1965. Il ne m’a plus quitté."


"Je l’ai découvert vers 1964-1965 et depuis il ne m’a plus quitté. C’est un prosateur flamboyant, épris de cette vérité qui manque au monde. Pour lui, la poésie est le seul langage où se loge encore ce qui n’a pas été perverti", s’enthousiasme Ricardo Saez, soucieux de"rendre hommage à une voix puissante longtemps oubliée", y compris en son pays natal. Pierre Emmanuel se revendiquait pourtant "Béarnais absolu" par la langue gasconne héritée des aînés, la fidélité aux liens tissés, l’amour des paysages et une curiosité d’intellectuel pour le travail des hommes. "C’est son foyer, sa terre d’élection et de son éclosion lyrique aux choses", résume joliment l’universitaire. Au Gantois, "fils de la colline et du clocher", le Béarn offrit un sein maternel.

Une jeunesse chaotique


De son vrai nom Noël Mathieu, il fut abandonné tout bébé à sa famille maternelle par des parents pressés de gagner les Etats-Unis. Il les rejoindra de 1919 à 1922 puis reviendra vivre dans l’arrière-pays palois jusqu’à ce qu’en 1926, son père décide de l’expédier à Lyon où il étudiera les mathématiques supérieures "contre son gré" et la philosophie "pour son plaisir". En 1936, une affection pulmonaire le renvoie en Béarn où il se reposera pendant 18 mois. "Il a eu une enfance volée et une adolescence torturée", relève Ricardo Saez.

Cette jeunesse chaotique n’empêche pas de fort brillantes études ni l’irrésistible appétence pour la poésie et la spiritualité chrétienne nourrie par le livre et au contact de figures tutélaires tels le pasteur Breuil, de Rontignon, ou Louis Bideau, ancien maire de Gan.

Ses "petites fiancées" en Béarn


Tout au long de sa vie achevée en 1984, Pierre Emmanuel consacrera au Béarn des vacances assimilées à de "petites fiancées" tant elles le comblent. Reçu à l’Académie des Lettres pyrénéennes (1962), il inaugura le lycée Jules-Supervielle à Oloron (1971).

En 2001-2002 parurent deux tomes des "Œuvres poétiques complètes" : une somme de 8 000 pages financée par le conseil général. En 2014, la maison L’Age d’homme réédita l’ouvrage autobiographique "Il est grand temps de…" (540 p., 39 €) : "C’est ce qu’il y a de plus abouti", estime Ricardo Saez qui en conseille vivement la lecture à tous ceux que le personnage de Pierre Emmanuel intrigue et émeut.
++ O ++
Info La République des Pyrénées.fr

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Découverte du siècle: le tombeau d'un souverain maya retrouvé

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles