::+:: [DOSSIER] Le Carême, temps fort du Jubilé de la Miséricorde

En cette Année de la Miséricorde, le Carême prend un sens particulier. C'est même le temps fort du Jubilé, pour le pape François.


Le Carême est un temps liturgique proposé par l'Eglise. Il commence avec le Mercredi des cendres, le 10 février 2016 - ce jour où au cours de la messe, le prêtre fait un signe de croix avec de la cendre sur le front du croyant. Un signe de pauvreté, une invitation à la conversion. Il signifie que l’Église et avec elle le peuple des croyants entrent dans une période privilégiée, jusqu'à Pâques et la Resurrection du Christ.


Un temps de dépouillement. Dans nos sociétés occidentales, sociétés d'abondance où l'on ne sait plus le sens de la privation, le carême invite à redécouvrir un manque. C'est pour cela que les croyants sont invités à faire l'expérience du jeûne ou à changer des habitudes qui en soi peuvent être bonnes mais ont souvent le défaut d'aveugler sur l'essentiel. Au cours du Carême, on est invité à considérer quelles sont les fragilités que l'on porte en soi. Mais si le carême est une marche vers la mort du Christ, c'est aussi et surtout vers sa Résurrection que l'on se tourne. Il s'agit d'un temps d'espérance.

"C'est la miséricorde que je veux, et non les sacrifices" (Mt 9,13). Le pape François invite chacun à faire l'expérience de la pénitence de manière "plus intense". Non pas en multipliant les sacrifices mais en consacrant le temps et l'attention nécessaires pour méditer sur la miséricorde de Dieu. S'approcher aussi du sacrement de réconciliation, pour se laisser toucher au plus profond par l'amour du Père.


_______________________

Carême - Dieu ne désire pas de sacrifices



On a souvent interprété la Passion du Christ comme un sacrifice pour apaiser le courroux divin. Or, Dieu n'a qu'une espérance: que l'homme sache aimer. Béatrice Soltner reçoit Martin Pochon. 

La mort de Jésus sur la croix est un scandale pour notre intelligence et notre cœur, même si la Résurrection vient la transfigurer. Devant ce mystère de la Passion et de la Résurrection dont on fait mémoire chaque dimanche à la messe, les questions peuvent se bousculer dans notre tête.

A qui le Christ offre-t-il sa vie? Comment son Père a-t-il pu accepter ou même vouloir la mort de son fils? En quoi cette offrande du fils nous libère-t-elle? Des questions difficiles, car selon les réponses que nous y apportons c’est le visage de Dieu qui se dessine: Dieu exigent, implacable, qui demande des sacrifices ou Dieu aimant qui s’offre totalement à l’homme…
_______________________

Le carême, pauvreté et liberté


La société emprisonne dans l'idée d'une rivalité entre liberté de l'homme et puissance de Dieu. Et si le carême aidait à être libre? Véronique Alzieu reçoit Jean-Marie Ploux.

La foi se reçoit des écritures, de la vie de l'Eglise et des traditions. Le temps du carême rappelle la modestie de la condition humaine. "Tu es poussière et à la poussière tu retourneras" (Genèse 3, 19). La finitude de l'homme, la mort, est une réalité difficile à regarder en face. Mais cette profondeur tragique dit l'urgence de l'intensité dans laquelle chacun devrait vivre!

"Heureux les pauvres", cette première des Béatitudes que le carême invite à méditer devrait prendre plus d'intensité dans la société contemporaine. Vivre dans la sobriété et aussi dans la solidarité avec les plus pauvres devrait rendre libre, face à la contrainte constante de la consommation. "Ce qui est important c'est que nous sommes." Le carême, c'est revenir à l'être, se détacher de l'avoir et de la pauvreté. La pauvreté, clé de la liberté?

Revenir aux racines de l'humain n'est jamais facile! Ils faut dépasser ses habitudes, pourtant nécessaires, mais qui ne doivent pas devenir des carcans. Il s'agit d'un chemin que l'on est libre de suivre pour un retour à l'essentiel et un voyage avec Jésus.
++ O ++
Info RCF .fr

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Découverte du siècle: le tombeau d'un souverain maya retrouvé

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles