::+:: Salomon, le bâtisseur du Temple




Salomon fait appel au roi Hiram de Tyr, dont le père était l'ami de David, afin qu'il lui fournisse du bois de cèdre et de genévrier, des charpentiers, des menuisiers, des tailleurs de pierre, des orfèvres et ses meilleurs architectes. Hiram accède de bonne grâce à toutes ses demandes, en échange de quoi Salomon s'engage à l'approvisionner en blé et en huile durant de nombreuses saisons.



Le roi se meurt. Plus rien, pas même Abishag la jeune vierge sunamite, ne peut réchauffer son corps. Il frissonne sur sa couche. Comme il est loin le temps où David relevait crânement le défi du Philistin Goliath! Il a tué le géant d'un seul jet de pierre. Saül, le premier roi que l'Eternel avait accordé aux tribus d'Israël, lui avait donné sa fille Michal pour épouse. Mais le cœur du souverain était rongé de jalousie. David avait dû prendre la fuite. Il n'avait pu revenir à Hébron qu'après la mort de son beau-père. La tribu de Juda l'avait reconnu pour roi. Il lui avait fallu sept longues années de combat pour amener celles d'Israël à se soumettre.


Que de guerres il a menées contre les peuples voisins avant de s'emparer de la forteresse cananéenne où vivaient les Jébuséens! Dans les temps anciens, Urusalem aurait été créée par le dieu de la paix, Salem. David en a fait sa cité. Il y a transporté l'Arche d'alliance qui contient les Tables de la Loi et y a construit un autel. David aurait voulu édifier un temple sur le mont Moriah, où Abraham avait résolu de sacrifier son fils Isaac quand un ange avait retenu sa main, mais l'Eternel ne l'a pas permis. Parce que David avait fait couler trop de sang. C'est son fils Salomon qui le bâtira. Afin que l'Esprit de Dieu y demeure à jamais.



Le roi s'est soulevé de sa couche quand le prophète Nathan, auquel il a confié l'éducation de Salomon, est entré dans sa chambre. Il lui apprend qu'un autre de ses fils, Adonija, s'est déjà proclamé souverain et festoie au milieu de ses partisans. David ordonne aussitôt à Nathan et au sacrificateur Sadoq d'aller quérir Salomon et de procéder à son sacre tandis que les trompettes retentiront pour que tout Jérusalem reconnaisse son nouveau monarque.



Lorsque le jeune homme paraît, son père lui prend les mains: «Je m'en vais, dit-il, par le chemin de tout le monde. Sois fort et montre-toi un homme!» Avant de rendre le dernier soupir, le vieux roi l'adjure de construire la maison de l'Eternel.



Jamais la cité n'a été aussi animée et admirée. Jamais souverain n'a été aussi puissant et fortuné. Mais les Hébreux murmurent encore contre leur roi.


Durant les premières années de son règne, Salomon sera loué par toutes les tribus d'Israël car il montrera une sagesse qui ne pouvait être inspirée que par Dieu. On vient de loin pour consulter son «cœur intelligent». Salomon n'en tire aucune vanité. Le royaume est en paix. La justice est rendue à chacun et Jérusalem prospère. Bientôt le roi se sent assez sûr de lui, assez digne aussi pour bâtir le sanctuaire de Celui qui est.

C'est dans la quatre cent quatre-vingtième année après la sortie d'Egypte du peuple hébreu que la maison de l'Eternel est consacrée. Les célébrations durent quatorze jours. Elles sont marquées par de nombreux sacrifices et le transfert, en grande procession, de l'Arche d'alliance depuis la cité de David jusqu'au Temple où le coffret est déposé dans le Saint des Saints, sous les ailes déployées de deux chérubins revêtus d'or. Ayant accompli son devoir le plus sacré, Salomon entreprend de se construire un palais somptueux et de ceindre Jérusalem de puissantes murailles.

Jamais la cité n'a été aussi animée et admirée. Jamais souverain n'a été aussi puissant et fortuné. Mais les Hébreux murmurent contre leur roi. Pour satisfaire son goût croissant du faste, il a multiplié les impôts et les corvées. Les récalcitrants sont châtiés à coups de fouet. Oublieux des commandements, Salomon a érigé des autels aux divinités païennes que nombre de ses femmes et concubines vénèrent. La plupart sont des étrangères. 

La révolte couve. Elle est attisée par Jéroboam, un des généraux de Salomon, mais elle n'éclatera au grand jour qu'après la mort du fils de David en 931 avant J.-C. Les tribus d'Israël ayant fait sécession, son fils Roboam ne régnera plus que sur Juda. Affaiblie, Jérusalem suscitera toutes les convoitises. A cause du trésor de son temple. Et du Dieu sans nom qui y demeure.
++ O ++
Info Le Figaro .fr



=III - Le Figaro Hors-Série consacre à la ville trois fois sainte un numéro exceptionnel de 160 pages, où l’histoire et l’archéologie se répondent, où la religion et la vie quotidienne s’entremêlent. Du mont des Oliviers à la pierre du Saint-Sépulcre, de l’esplanade des mosquées au quartier juif orthodoxe de Mea Shearim, du Mur des Lamentations aux hammams inconnus du souk des cotonniers, cinq mille ans d’histoire se déroulent au fil des pages.





__________________________

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?