::+:: Pour Bruno Le Roux, les organisations religieuses «ne sont pas des interlocuteurs politiques»



Les hommages aux victimes des attentats de janvier ont débuté mardi. Un an après ces événements tragiques, place aux commémorations mais aussi aux débats. Mardi matin, à l'Assemblée nationale, des députés socialistes, plusieurs représentants des cultes, différentes obédiences maçonniques ou encore l'Observatoire de la laïcité ont délivré leurs différentes définitions de la laïcité pendant près de trois heures.

«La France s'interroge sur la laïcité», a d'emblée déclaré le député PS du Val d'Oise Philippe Doucet, responsable du groupe de travail laïcité au sein du groupe socialiste à l'Assemblée et à l'initiative de ce dialogue. Le 9 décembre, lors de la commémoration du 110e anniversaire de la loi de 1905 séparant les Églises et l'État, plus de huit Français sur dix (81 %) jugeaient que la laïcité était «en danger» et se disaient favorables à l'interdiction du port du foulard islamique pour les mères accompagnatrices de sorties scolaires, selon un sondage Ifop pour le Comité national d'action laïque (Cnal).

Être «capables d'avoir la laïcité heureuse»

Un sondage «qui révèle une très forte inquiétude», a estimé Jean-Louis Bianco. Pour le président de l'Observatoire de la laïcité, «les Français sont très attachés à la laïcité». Comme le président du groupe SRC (Socialiste, républicain et citoyen) Bruno Le Roux, Jean-Louis Bianco définit notamment la laïcité comme «la liberté de croire ou de ne pas croire». «En ces temps de commémorations, il faudrait que nous soyons capables d'avoir la laïcité heureuse», a lancé l'ancien ministre socialiste sous François Mitterrand, qui souhaite faire un «travail d'éducation citoyenne» sur le sujet.

«La laïcité a besoin d'être accompagnée par une puissante pédagogie», a affirmé Bruno Le Roux. «Nous devons multiplier les initiatives pour que la laïcité soit mieux comprise notamment par les plus jeunes générations», a poursuivi le patron du groupe socialiste à l'Assemblée, constatant «qu'elle ne va pas de soi, qu'elle n'est pas toujours comprise, qu'elle peut être contestée et même combattue par certains». Selon le député de Seine-Saint-Denis, la laïcité est aussi «la capacité de vivre ensemble dans le respect de chacun, avec une vision émancipatrice de l'individu et une manière de faire progresser la société en s'appuyant sur les citoyens».

Les organisations religieuses «ne sont pas des interlocuteurs politiques»

Pour Bruno Le Roux, les organisations religieuses «ne sont pas des interlocuteurs politiques». Des propos déplorés par les différents représentants des cultes. «Nous ne sommes pas des acteurs politiques, mais nous sommes des partenaires des institutions», a répondu Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, secrétaire général de la Conférence des évêques des France (CEF). «Les religions sont des partenaires», a abondé Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman.

Un peu plus tôt, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas avait assuré que «l'église catholique est à l'aise avec la laïcité». «Il y a parfois une volonté de faire une société chimiquement pure, sans religion», déplore le responsable de la CEF, s'inquiétant «du regard soupçonneux de la société sur les religions». «La laïcité ne saurait être la nouvelle religion de la société», a-t-il mis en garde. «Certains croyants se sentent attaqués», regrette-t-il, citant «certaines affiches dans le métro et l'interdiction des crèches de Noël dans les mairies». 

Une récente préconisation de l'Association des maires de France vivement critiquée, notamment par des élus de droite. a pour sa part noté le Grand Maître du Grand Orient de France Daniel Keller, déplorant «la timidité des pouvoirs publics à rappeler les règles». «La loi de 1905 n'est pas un simple compromis mais l'affirmation des règles républicaines dont on s'est très vite éloigné par la suite», a-t-il regretté.
++ O ++
Info Le Figaro .fr

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?