::+:: Le pape François, vecteur de l’unité européenne ?



Le nouveau pape se veut différent. Le choix de son nom de règne est révélateur : il fait référence à Saint François d’Assises, le saint des pauvres et de la paix. De plus, le pape prend souvent la parole et donne son avis dans les débats politiques et sociaux qu’il juge importants. Et il est écouté. Pas seulement par les catholiques. Il est écouté, me semble-t-il, par ceux qui cherchent une voix différente. Une voix qui, n’étant pas directement politique, n’a pas de stratégie de conquête du pouvoir et voit donc au-delà des clivages habituels.

Un pape écolo, défenseur des réfugiés et de l’idéal européen

Ses positions sont intéressantes et fondées. Un accord conséquent suite à la COP21 était pour lui essentiel pour « préserver la Création ». Suite à l’interdiction de la marche pour le climat, il avait envoyé ses chaussures pour les poser Place de la République à Paris. Dans ses discours, il prône régulièrement un mode de pensée humaniste et d’aide à son prochain. Dans le contexte actuel de violences politiques, religieuses et sociales, ce type de discours est le bienvenu.

Qu’en est-il de l’Union européenne ? Dans son discours devant le Parlement européen en 2014, la position papale était clairement formulée. Il appelle à retrouver foi en l’avenir et à la tolérance, ainsi qu’à éviter toute uniformisation culturelle des Etats membres. Il souhaite également un réveil de l’Europe face aux questions de l’immigration et de l’écologie. Ces idées ont été saluées par de nombreuses fractions politiques, de l’extrême droite aux écologistes en passant par les modérés de droite et de gauche. Seuls quelques députés d’extrême gauche tels que Jean-Luc Mélenchon se sont montrés dubitatifs quant à la place de cette figure religieuse dans les institutions politiques européennes.

Le pape, une figure tant religieuse que politique sur la scène européenne et mondiale

C’est bien là que se situe le problème. Le pape, consciemment ou non, s’impose aujourd’hui comme un unificateur, la figure publique mettant régulièrement d’accord les Européens. Parce que grâce à son statut particulier, il donne à l’humanisme et aux grands principes un certain poids dans la vie politique tout en étant une figure au-dessus de la mêlée. Parce qu’il voit souvent juste, et qu’il dispose d’une liberté de ton, il vivifie les valeurs parfois bafouées au sein même de l’Union européenne.

L’Europe va-t-elle effectivement vers plus de tolérance et d’ouverture culturelle si ses citoyens se réfèrent pour la plupart au représentant d’une seule religion ? Quel est l’avis des protestants majoritaires dans les pays anglo-saxons, des orthodoxes de l’Europe de l’Est, des musulmans ou bien des juifs ? Pas sûr que ceux-là, ainsi que les athées, voire même les catholiques peu convaincus se reconnaissent dans la figure du pape.

Pour les Français, attachés au principe de laïcité, la pilule a d’autant plus de mal à passer. Au nom de quoi l’autorité religieuse se mêlerait-elle de politique ? La foi est une affaire privée qui doit le rester pour conserver la cohésion sociale. L’Europe en a fait l’expérience dès les guerres de religion à l’époque moderne. Mais même en dehors de ce principe qui n’est pas partagé par tous les Etats-membres, il est bon de mettre en perspective la place du pape dans l’espace publique. L’Eglise, bien que porteuse de valeurs humanistes et chrétiennes, est aussi en grande partie conservatrice et pourrait freiner l’avancée sociétale de l’Europe, qui en est aujourd’hui le chef de file mondial. Si le pape s’immisce dans la politique, c’est aussi pour redonner à la religion l’importance qu’elle a perdue petit à petit depuis les Lumières européennes.

Un projet humain pour l’Europe

Alors pourquoi ce soudain engouement pour un personnage de haute autorité ? Certains ont besoin d’un guide suprême, d’une autorité morale, en politique comme ailleurs. Cette figure papale aux idées nouvelles, qui affichent dans un certain sens un progrès, vient appuyer la construction européenne et les valeurs fondatrices humanistes de cette construction. Elle vient aussi humaniser un projet porté davantage sur l’économie et le marché libéral unique. Ce projet humain, culturel et intellectuel, doit être aussi celui de chaque citoyen de l’Union.
++ O ++
Info Le Taurillon .org

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Découverte du siècle: le tombeau d'un souverain maya retrouvé

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles