::+:: John Dayal : « Le gouvernement Modi veut faire de l’Inde une théocratie homogène »


Lors de la conférence organisée à Paris par l’ONG « Portes Ouvertes », vous avez déclaré qu’il existait « un plan d’extermination des chrétiens en Inde d’ici à 2021 ». Pourquoi ce terme ?

John Dayal : Ce projet du BJP (Bharatiya Janata Party, parti de droite nationaliste hindoue) semble absolument inconcevable pour une grande démocratie laïque comme l’Inde, mais il est pourtant bien en marche. Depuis l’arrivée au pouvoir en mai 2014 de Narendra Modi, membre du RSS (Rashtriya Swayamsevak Sangh, ou « Organisation patriotique nationale », la matrice idéologique du BJP), le gouvernement indien promeut le programme de celui-ci  : créer une nation hindoue d’ici à la fin de son premier mandat. Il le répète dans ses meetings, dans ses médias, notamment dans l’hebdomadaire « Organiser ».

Pour cela, il faut terroriser les chrétiens et les musulmans pour les faire fuir, et aussi « hindouiser » les populations aborigènes par des pseudos conversions collectives. Ce gouvernement veut faire de l’Inde une théocratie culturellement homogène.

Concrètement, quel genre d’actes constatez-vous ?

J. D. : Nos équipes recensent trois à quatre événements « anti-chrétiens » chaque jour, et ce dans tous les États de l’Inde  : églises détruites, boutiques ou maisons de chrétiens incendiées, obstacles administratifs, propos menaçants... Dans la majorité des cas, les auteurs de ces exactions sont des membres du RSS qui bénéficient d’une impunité presque totale. La police ne se déplace plus et une saisine de la justice n’a aucune chance d’aboutir.

Fin décembre, par exemple, des dizaines de milliers de chrétiens, notamment en Orissa, ont été privées de messe de Noël parce que les routes étaient coupées. Les villages n’étant accessibles que par une route unique, il suffit de bloquer celle-ci en coupant quelques arbres pour empêcher toute circulation.

Comment s’explique cette complicité de la police ?

J. D. : Les forces de l’ordre sont presque entièrement composées d’hindous. Ainsi, l’État de Goa, un des hauts lieux du christianisme indien (ndlr  : c’est dans la basilique du Bom Jesus de Goa que repose la châsse de saint François-Xavier), a été dirigé jusqu’à récemment par un politicien du BJP, Manohar Parrikar, aujourd’hui ministre de la défense à Delhi. Il avait recruté deux bataillons de policiers exclusivement hindous.

Vous-même, êtes-vous menacé  ?

J. D. : Après les élections de 2014, des membres du RSS ont pris contact avec mes soutiens et leur ont intimé l’ordre de cesser toute activité avec moi. Mes dénonciations du radicalisme hindou m’ont déjà valu des milliers de tweets haineux de la part d’extrémistes qui réclament ma tête. Certains ont même posté sur Internet mon numéro de téléphone personnel. J’ai déposé plainte. La police m’a proposé un garde du corps, mais j’ai refusé. Ma femme vit dans la peur.

Tous les défenseurs des Droits de l’homme en Inde sont menacés et savent qu’ils peuvent être agressés à n’importe quel moment. Le 30 août dernier, l’intellectuel Malleshappa Kalburgi, professeur de littérature dans le sud de l’Inde et connu pour ses propos contre l’idolâtrie de la religion hindoue, a été assassiné. D’autres ont également été victimes du fondamentalisme hindou.

Comment réagissent les Églises en Inde ?

J. D. : Elles subissent une pression constante de la part du gouvernement. Elles ont peur et apparaissent divisées. De fait, toutes les confessions chrétiennes sont représentées en Inde. Même l’Église catholique est composée de petites communautés paroissiales, qui doivent faire face à divers défis. Quoi de commun entre les catholiques syro-malabares et syro-malankares du sud, les chrétiens dalits (hors-castes ou « intouchables ») ou adivasi (populations aborigènes) du nord et de l’est ? C’est une force mais aussi une faiblesse, en raison de notre dispersion linguistique, théologique et démographique.

Trop souvent, les questions liées à la liberté religieuse passent au second plan. Les évêques n’ont le temps de trouver, collectivement, une réponse à la hauteur de la menace globale qui pèse sur les 24 millions de chrétiens en Inde.
++ O ++
Info La Croix .com

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?