::+:: « François Hollande a vraiment pris conscience de l’importance du fait religieux »


Comme tous les ans, le président de la république François Hollande a présenté, mardi 5 janvier, ses vœux aux responsables religieux français, reçus à l’Élysée. Au cours de l’entretien, qui a duré plus d’une heure François Hollande a exprimé sa gratitude à ses interlocuteurs pour avoir contribué à la « cohésion nationale » au cours de l’année 2015, marquée en particulier par les attentats de janvier et novembre.


« EXAMEN DE CONSCIENCE »

Dans son discours, le président de la République a cité des extraits de chacun des discours et déclarations faites par les responsables des cultes après les attentats du mois de novembre. « Je suis attaché à cette cérémonie », a-t-il assuré, soulignant que celle-ci prenait cette année « une signification particulière, alors que le pays est encore sous l’emprise du deuil et qu’il doit se rassembler pour affronter une menace redoutable, celle du terrorisme islamiste ».

Il a également appelé à un « examen de conscience collectif » face à la radicalisation, mentionnant en particulier la lutte contre la déscolarisation. Il a ainsi indiqué avoir demandé à la ministre de l’éducation nationale « de renforcer les procédures de contrôle des établissements d’enseignement hors contrat, et de mobiliser l’administration et les collectivités pour éviter que des enfants ne soient soustraits à l’obligation scolaire au nom de raisons incompatibles avec les valeurs de la République ».

« IL REVIENT AUX FORCES SPIRITUELLES DE CONCOURIR À ÉLEVER LES NATIONS »

François Hollande a également défendu la laïcité, citant une phrase du sociologue Émile Poulat : « La laïcité, c’est une société qui donne place à tous », et a salué l’action des « organisations d’inspiration religieuse » à l’égard des plus démunis et envers les migrants. Il est enfin revenu sur le Sommet des consciences, organisé cet été en amont de la COP21, au cours duquel « toutes les forces spirituelles ont pu exprimer leur attente, leur exigence mais également leur mobilisation », s’est-il félicité.

« S’il appartient aux responsables politiques de prendre les décisions qui relèvent des États, il revient à toutes les forces spirituelles de concourir à élever les nations et les peuples au-delà de leurs seuls intérêts matériels et à agir pour la paix et pour la tolérance », a-t-il ajouté.

« LE PRÉSIDENT A PRIS CONSCIENCE DE LA NÉCESSITÉ DES RELIGIONS POUR FAIRE L’UNITÉ »

« Il a vraiment pris conscience de l’importance du fait religieux dans la cohésion sociale », s’est félicité le grand rabbin de France Haim Korsia à l’issue de l’entretien. Dans le même sens, le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France et coordinateur de la Conférence des responsables de cultes en France (CRCF), a également jugé que le président de la République avait « compris qu’il y a une idée de transcendance et de verticalité qui nous dépasse », au cours d’une « relecture douloureuse de l’année 2015 » faite par François Hollande.

« Le président a pris conscience de la nécessité des religions pour faire l’unité nationale », a ajouté le pasteur protestant. Le thème de la cohésion nationale a été au centre de l’entretien. « La seule communauté à laquelle nous appartenons est la République », a ajouté le grand rabbin Korsia.

Représentant catholique avec le secrétaire général de l’épiscopat, également présent, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a indiqué que les discussions avaient porté sur « les moyens à mettre en œuvre pour que les appels à la cohésion nationale puissent se concrétiser ». Un but qui doit être atteint, a ajouté le cardinal, « en encourageant les lieux de socialisation comme l’école, la famille, les églises et les associations ».

« L’UNITÉ NATIONALE EST LE SOUCI DE TOUS LES FIDÈLES MUSULMANS »

« En 2015, les responsables des cultes ont su rester unis, évitant le piège qui leur était tendu », s’est félicité le président du Conseil représentatif du culte musulman (CRCM), Anouar Kbibech. « L’unité nationale est le souci de tous les fidèles musulmans », a-t-il martelé, en rappelant que son organisation appelait toutes les mosquées de France à ouvrir leurs portes les 9 et 10 janvier. Une manière, pour les musulmans, de « manifester leur attachement à la République et leur rejet du djihadisme, en même temps que l’attachement à leur religion de paix, de solidarité et d’union », a-t-il estimé.

Interrogés sur la une du dernier numéro de Charlie Hebdo, qui représente Dieu surmonté du titre « Un an après, l’assassin court toujours », les responsables religieux y ont vu « le signe d’une liberté de la presse toujours respectée », tout en soulignant, à l’instar d’Anouar Kbibech « le droit des croyants d’exprimer leur sentiment ». Quant au cardinal Vingt-Trois, il s’est refusé à tout commentaire : « Je ne vois pas pourquoi je réagirais à quelque chose qui est fait pour provoquer ».
++ O ++
Info La Croix .com

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?