::+:: Femmes dans l’Église, l’Allemagne passe à l’action



La Conférence épiscopale a annoncé fin septembre 2015 le lancement d’un programme de tutorat.

Quelques jours avant l’ouverture du Synode sur la famille à Rome, la Conférence épiscopale allemande annonçait le lancement d’un programme de tutorat destiné à faciliter l’accès des femmes à des postes de direction.

Vingt tandems se mettront au travail à partir de juin 2016, pour une durée d’un an, le but étant de permettre aux apprenantes de se créer un réseau et d’accumuler de l’expérience. Ce programme, qui sera renouvelé en 2017, vise à former 40 femmes sur deux ans.

FORMATION PROFESSIONNELLE ET COACHING

Sur les 27 diocèses allemands, dix ont déjà annoncé leur participation à cette opération, d’Aix la Chapelle à Hambourg, en passant par Cologne et Munich. « Le programme se déroulera en deux phases, explique Birgit Mock, vice-présidente de l’Union des femmes allemandes catholiques (KDFB). Il y aura des entretiens, du coaching, du conseil entre tuteurs et apprenantes. Les participants assisteront aussi à des séminaires au niveau national. » Aucune garantie d’embauche à l’issue de ce programme n’est donnée.


L’idée a été lancée par l’association Hildegardis e. V., spécialisée dans la formation professionnelle en direction des femmes, que dirige Birgit Mock. « Le débat autour du rôle et de la place des femmes dans l’Église catholique est très présent dans les évêchés, explique-t-elle. Nous avons beaucoup parlé ces dernières années et il est temps de passer à l’action. »

En 2013, dans le cadre du processus de dialogue lancé à la suite des scandales de pédophilie, les évêques avaient annoncé vouloir encourager les femmes à occuper des postes de direction. L’Église catholique emploie outre-Rhin plus de 700 000 personnes dans ses crèches, ses écoles et les organisations comme Caritas.
12,7% DES POSTES DE DIRECTION OCCUPÉS PAR DES FEMMES

Si l’imposition de quotas a été exclue, certaines mesures ont déjà été prises. Ainsi, sur sept nouveaux postes de direction régionale de pastorale, six ont été attribués à des femmes depuis 2013. Selon une étude réalisée auprès de quatre diocèses, 70 % des professeurs de religion et des personnels travaillant dans le secteur de l’enseignement catholique seraient des femmes mais leur nombre diminue lorsqu’on gravit les échelons.

Selon des chiffres de la Conférence épiscopale, 12,7 % des postes de direction directement liés aux évêques seraient occupés par des femmes (contre 5 % en 2005), et 19 % des postes de direction intermédiaire. Quant au Comité central des catholiques allemands (ZdK), qui représente les laïcs au sein de l’Église, il estime à 30 % la part des femmes présentes à des postes de direction dans les 125 associations et institutions catholiques du pays.

« Souvent les femmes n’osent pas postuler pour un poste à responsabilité, constate Birgit Mock. Elles n’ont que peu d’exemples autour d’elles. L’un de nos objectifs est donc de modifier les mentalités, notamment en faisant participer des hommes à ce programme de tutorat », ajoute-t-elle.

L’idée de ces tutorats n’est pas nouvelle outre-Rhin. L’Église protestante allemande, qui permet déjà aux femmes l’accès au pastorat, propose ce genre de programme depuis quinze ans.
++ O ++ 
Info La Croix .com

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?