::+:: Un Noël chrétien en France en 2015: entre "espérance" et vigilance post-attentats



Les chrétiens de France s'apprêtent à passer un Noël particulier: la vigilance sera renforcée à l'entrée des églises, où l'affluence s'annonce importante, les autorités religieuses voyant dans cette fête un signe d'"espérance" après les attentats.

Jeudi soir et vendredi, des dizaines de milliers de messes (catholiques), cultes (protestants) et divines liturgies (orthodoxes) seront célébrés dans tout le pays pour fêter la Nativité de Jésus.

Une forte affluence est attendue dans les édifices chrétiens lors de cette fête familiale qui est, dans une France largement sécularisée, le dernier marqueur de pratique religieuse pour de nombreux baptisés.

"Il y aura du monde à Noël, et peut-être davantage cette année, en raison de ce que nous vivons", prédit le porte-parole de la Conférence des évêques de France, Mgr Olivier Ribadeau Dumas. "Les dimanches qui ont suivi les attentats du 13 novembre, nous avons eu plus d'affluence dans nos églises. Les gens avaient besoin de retrouver une intériorité, de réfléchir à la vie en société", explique-t-il à l'AFP.

Un peu plus d'un mois après les attaques jihadistes qui ont fait 130 morts, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a réitéré après des préfets, dans un "télégramme" daté du 16 décembre, les conseils de sécurité émis en avril après l'attentat déjoué de manière fortuite à Villejuif (Val-de-Marne). Arrêté dans ce dossier, Sid Ahmed Ghlam, un Algérien de 24 ans, est soupçonné d'avoir fomenté un acte terroriste contre une ou plusieurs églises en région parisienne.

La circulaire appelle à "une vigilance toute particulière" lors des célébrations de Noël qui "pourraient constituer des cibles d'une exceptionnelle force symbolique". De fait, les références anti-chrétiennes abondent dans la propagande de l'organisation Etat islamique (EI). Dans son communiqué revendiquant les attentats du 13 novembre, le groupe jihadiste avait présenté Paris comme la capitale portant "la bannière de la Croix en Europe".

Parmi les "recommandations" de sécurité à suivre par les équipes paroissiales figurent le "contrôle visuel" des entrées des lieux de culte, "l'ouverture des vestes et manteaux" et le "signalement" à la police de tout "comportement inhabituel".

Mais si les 700 écoles et synagogues juives et plus de 1.000 des 2.500 mosquées sont protégées dans le cadre de l'opération Sentinelle, il paraît difficile d'appliquer un même niveau de sécurité à la totalité des 45.000 églises catholiques, auxquelles s'ajoutent 4.000 temples protestants et 150 édifices orthodoxes.

Selon le porte-parole des évêques, "un peu plus de 140" bâtiments catholiques sont "signalés comme devant faire l'objet d'une surveillance particulière", en raison de leur sensibilité ou de leur notoriété, comme la cathédrale Notre-Dame ou la basilique du Sacré-Coeur à Paris.

"Il s'agit d'adapter la vigilance à chaque lieu sans créer de psychose", souligne le Père Ribadeau Dumas.

Dans leurs traditionnels messages de Noël, les responsables chrétiens n'oublient pas la dimension d'accueil que revêt cette fête. "Quand on n'ouvre pas la porte de sa vie, c'est signe de faiblesse, de fragilité, de peur devant l'avenir", plaide dans une vidéo le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, appelant à vivre à Noël "une opération portes ouvertes".

"Après l'effroi et le malheur causés par un terrorisme ignoble, comment annoncer cette lumière" de la Nativité? s'interroge le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France. En relayant à travers Noël "le message d'une espérance imprenable", répond-il.

Le "Monsieur islam" de l'épiscopat, le Père Vincent Feroldi, veut quant à lui voir une opportunité dans la concordance, rarissime, entre Noël et le Mawlid, la fête de la naissance du prophète Mahomet, célébrée cette année entre le 23 et le 25 décembre.

Il en espère un accueil mutuel entre chrétiens et musulmans: "Heureux sommes-nous de pouvoir donner à nos contemporains un signal majeur sur le vivre-ensemble en cette époque où, au nom de la religion et de Dieu, certains prêchent la haine ou commettent des attentats".
++ O ++
Info Le Point .fr

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?