::+:: Le Pape ouvre la Porte Sainte de la cathédrale de Rome


Ouvrir la Porte Sainte de Saint-Jean-de-Latran ouvre «le temps du grand pardon». C’est sur ces mots que le Pape François a poussé les battants de la Porte Sainte de la cathédrale de Rome dans la matinée de ce dimanche 13 décembre. Au début de cette célébration solennelle à la basilique Saint-Jean de Latran, "mère de toutes les églises du monde", le Saint-Père a franchi pour la troisième fois le seuil d’une Porte Sainte, depuis le début de ce Jubilé.

C’est donc sur la miséricorde que le Pape a à nouveau insisté dans une homélie plutôt courte. Citant les paroles de Jean-Baptiste, le Pape a souligné que nous sommes invités «à agir avec justice et à se tourner vers les nécessités de ceux qui sont dans le besoin.» Dans la cathédrale romaine, dont la Porte Sainte avait été la première à avoir été ouverte pour un Jubilé, en 1423, le Saint-Père a rappelé que c’est en ce dimanche 13 décembre que les cathédrales du monde entier ouvrent aussi leurs portes, «une invitation à la joie, ouvrant le temps du grand pardon». «Il est temps de redécouvrir la présence de Dieu et la tendresse de son père», a-t-il poursuivi devant les fidèles, précisant, en improvisant, que «Dieu n’aime pas les rigidités».

«Devant la Porte Sainte, que nous sommes invités à traverser, nous sommes appelés à être des instruments de miséricorde, sachant que nous serons jugés sur cela.» Pour François, le baptisé, le croyant, celui qui a la foi «a un devoir plus grand» : «être miséricordieux comme le Père», «un voyage qui dure toute la vie» a-t-il ajouté.

«La venue du Seigneur doit remplir notre cœur de joie»


En ce troisième dimanche de l’Avent, le Pape a rappelé que, à quelques jours de Noël, «nous ne pouvons pas nous laisser prendre par la fatigue, aucune tristesse n’est autorisée, même si nous en aurions des raisons, avec tant de préoccupations et de formes de violences qui blessent notre humanité». Car, a poursuivi le Pape argentin, «la venue du Seigneur doit remplir notre cœur de joie».

Dieu protège son peuple et fait savoir «aux hommes de pouvoir» que son peuple ne sera jamais laissé à la merci de l'arrogance de ses dirigeants, et le libérera de toutes angoisses. Il ne faut pas «baisser les bras devant le doute, l'impatience ou la souffrance.»

Le Pape insiste sur la joie et ce message qui s’adresse encore aujourd’hui «à toute l’Église et à chacun de nous». «La joie de franchir la Porte de la Miséricorde s’accompagne d'un engagement à accueillir et témoigner d'un amour qui va au-delà de la justice, un amour qui ne connaît pas de frontières.» Et «cet amour infini nous en sommes responsables, malgré nos contradictions.»

++ O ++
Info Radio Vatican .com

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?