::+:: "Chrétiens et musulmans sont frères", dit le pape François




Le pape François a réalisé un acte symbolique en Centrafrique. Il s'est rendu à la mosquée centrale de Bangui, dans le quartier du PK-5. "Chrétiens et musulmans sont frères", et il faut dire "non à la vengeance, à la violence et à la haine", a-t-il lancé à son arrivée à la mosquée. Dans l'enclave du PK-5, où sont réfugiés les derniers musulmans de Bangui en proie à des violences communautaires, le pape a été reçu par le grand imam Nehedi Tidjani, en présence de délégations catholiques et protestantes.

François s'est adressé aux centaines de personnes venues l'accueillir dans l'enceinte de la mosquée, dans une ambiance détendue placée cependant sous haute sécurité par la force onusienne (Minusca) qui avait placé des Casques bleus sur les minarets de la mosquée. Pour le pasteur pentecôtiste Jean-Paul Sangagaui, cette visite est "une victoire pour le pape et la République centrafricaine contre les oiseaux de mauvais augure" qui craignaient des violences pendant le séjour de François à Bangui. Le ministre des Finances et du Budget Abdalah Kafré Hassane, un musulman, a appelé de ses voeux l'arrivée d'une "cohésion sociale" pour que "les musulmans ne soient plus bloqués dans leur enclave et que la libre circulation dans Bangui soit rétablie".

Les Casques bleus (10 900 hommes dans tout le pays), le contingent militaire français (900) et la police centrafricaine quadrillent Bangui, pour cette dernière journée du voyage du souverain Pontife. Les abords de la mosquée sont l'objet d'affrontements armés entre les Seleka, miliciens musulmans, et les miliciens chrétiens et animistes, les anti-balada. 
Selon M

Pari gagné pour le pape


Après cette visite à la mosquée, le pape a gagné le complexe sportif Barthélémy-Boganda, du nom d'un homme politique et prêtre catholique centrafricain, "père de la patrie", mort en 1960, peu après la proclamation de l'indépendance à laquelle il a contribué en tant que premier président du pays. "Jusqu'à quand l'impunité va-t-elle prévaloir et les crimes, servir de gages d'ascension et de promotion sociale ?" en Centrafrique, s'est interrogé l'archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzatalainga au cours de la messe donnée en présence du pape François dans ce stade "20 000 places". Des dizaines de musulmans, membres de groupes d'autodéfense du quartier PK5 ont débarqué avec des tee-shirts à l'effigie du pape pour assister à la messe au stade situé dans le centre de la capitale, en pleine zone chrétienne où aucun musulman ne s'aventure d'habitude. Ils ont fendu la foule sous les acclamations, les chrétiens les applaudissant même en criant "c'est fini (la haine) !".

L'étape d'un jour et demi à Bangui peut déjà être considérée comme un grand succès, un pari gagné contre les sceptiques et les timorés. Le pape a été souvent accueilli comme le messie, qui serait capable de guérir un corps profondément malade et souffrant. Il a semblé très sûr de lui et énergique dans ses nombreuses exhortations à un retour à l'humanité, loin de la spirale infernale des vengeances. Dimanche, il n'a pas cité le mot "musulman", conscient que ce conflit intercommunautaire a des racines politiques. Il a appelé tous les Centrafricains à "ne pas avoir peur" de l'autre, en fonction de sa religion ou de son ethnie, et d'oser pardonner. Une "Année sainte" (Jubilé) axée sur le pardon a été inaugurée dimanche soir avec l'ouverture d'une "porte sainte" dans la cathédrale de Bangui.

François a aussi appelé tous ceux qui "utilisent injustement" des armes à "déposer ces instruments de mort". Touchée par l'ouverture de la "porte sainte", la présidente de transition Catherine Samba-Panza a demandé "pardon" pour "tout le mal" commis par les Centrafricains depuis 2013. "Nous avons absolument besoin de ce pardon, parce que les dernières évolutions de la crise sont apparues comme des abominations commises au nom de la religion par des gens qui se disent des croyants", a lancé la présidente devant le pape.

Lundi après-midi, François devait regagner Rome après ses trois étapes très denses au Kenya, en Ouganda et en Centrafrique.

++ O ++
Info Le Point .fr

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?